Archives par mot-clé : OpenGL

DirectX 12 et la techno DXR de raytracing

Aujourd’hui, on va par­ler de la nou­veauté annon­cée à la dernière GDC con­cer­nant Direc­tX 12, à savoir, sa capac­ité à utilis­er le lancer de ray­on dans une cer­taine mesure, et ce, en util­isant les capac­ités accéléra­tri­ces de nos cartes graphiques. Et on va faire cela, en vidéo, tout en ten­ant, assez mal­adroite­ment, de refaire un petit his­torique de l’accélération 3D, du procédé de ras­ter­i­sa­tion aux fonc­tions évoluées actuelles… en les com­para­nt au lancé de ray­on.

Con­tin­uer la lec­ture de Direc­tX 12 et la tech­no DXR de ray­trac­ing

Le code source de CryEngine est maintenant disponible sur GitHub

Le stu­dio de développe­ment Cry­tek a ren­du la dernière ver­sion (5.1 ) de son moteur disponible via  GitHub. Le code source com­plet pour CryENGINE est donc télécharge­able — si vous avez envie de met­tre le nez dedans !

Con­tin­uer la lec­ture de Le code source de CryEngine est main­tenant disponible sur GitHub

45 livres 2D/3D/Jeux passés au crible par developpez

Con­tin­uer la lec­ture de 45 livres 2D/3D/Jeux passés au crible par devel­oppez

Paradox 3D: un moteur de jeu gratuit & open-source basé sur SharpDX

Para­dox 3D est un moteur de jeu écrit en C#, doté d’un édi­teur et per­me­t­tant de dévelop­per des jeux porta­bles (PC, Mac, Lin­ux, con­soles, Android, iOS.). Para­dox est totale­ment gra­tu­it et open source (sources acces­si­bles ici via GitHub - 17 Mo)

Con­tin­uer la lec­ture de Para­dox 3D: un moteur de jeu gra­tu­it & open-source basé sur SharpDX

GDC 2015: Unreal Engine 4, les difficultés des plateformes mobiles, le web et le futur

Une con­férence inti­t­ulée “Bring­ing UE4 to phones, tablets and the web” a été réal­isée le 04/03/2015 lors de la GDC 2015.

Le con­férenci­er abor­de les dif­fi­cultés liées à l’export d’un jeu vers les mobiles, notam­ment sous Android à cause de la mul­ti­plic­ité de matériels exis­tants (des cen­taines de mod­èles dif­férents). Dans une sec­onde par­tie, il traite du Web car Epic a choisi de faire tourn­er son moteur dans les nav­i­ga­teurs sans pass­er par un plu­g­in, c’est à dire en exploitant WebGL/HTML5.

Con­tin­uer la lec­ture de GDC 2015: Unre­al Engine 4, les dif­fi­cultés des plate­formes mobiles, le web et le futur