Faire un jeu pour mobiles, une bonne idée ou une nécessité ?

Quand on est éditeur ou développeur de jeux vidéo, peut-on aujourd’hui affirmer “non, je ne mangerai jamais de ton pain!” – En parlant du mobile, je veux dire… En d’autres mots, est-ce une bonne stratégie ou tout simplement un choix judicieux que de réserver une partie de son catalogue ou de son activité de développement aux jeux mobiles, c’est à dire iOS et Android ? Ben, oui, oublions tout bonnement le marché de Windows Mobile… je ne vais même pas en parler dans cet article.

Le marché

Déjà, le mobile, représente plus de la moitié du trafic web mondial.

Voici quelques chiffres, si ça vous saoule, passez au titre suivant! Par contre, une petite vision du marché peut aussi aider à prendre de bonnes décisions.

En France, le jeu mobile montre une croissance à deux chiffres et est passé, en termes de chiffre d’affaires devant les ventes de jeux sur PC et sur consoles réunies (22.5 milliards d’EUR en 2017)

Il y a de plus en plus de demande de jeux nomades

A travers le monde, le marché des applications pour smartphones a augmenté de 35 % en 2017, parmi ce marché, 82 % des dépenses ont été consacrées aux jeux mobiles, soit 50 milliards de dollars en 2017 contre 37 milliards en 2016.

  • sur l’app store 38,5 milliards de revenus pour 28 milliards de téléchargements
  • sur Google play 20,1 milliards de revenus pour 64 milliards de téléchargement

→ les mackeux dépensent beaucoup plus sur leur mobile, mais cette différence tend à s’amenuiser sur le 1er trimestre 2018

Les japonnais et les chinois sont ceux qui dépensent le plus, l’asie enregistre ainsi 52 % de l’ensemble des ventes du marché général des jeux. Les pays émergents, Inde, Indonésie et Brésil, enregistrent les plus fortes hausses – une tendance qui s’est accentuée au cours des deux dernières années. –> Il faut donc bien réfléchir au langage utilisé et au mode de communication pour la diffusion.

Le type de jeux possibles

Quand on pense jeu mobile, on pense casual game… jeu pourri quoi, ou encore Freemium (eq. Shareware) ou encore Free To Play (il faut acheter un tas de truc pour progresser!). Mais il est encore possible de réaliser de très bons jeux 2D, ou des applis mélangeant le jeu et le pratique.

Toutefois, la puissance des mobiles s’est bien accrue – je vous renvoie pour cela à mes articles sur Vulkan. Dites moi au passage si vous voulez que je traite du sujet dans une vidéo. On peut donc maintenant, faire de très bons jeux pour mobiles.

De plus, une des nouvelles technologies est principalement orientée vers le support mobile: la réalité augmentée. En effet, 10 % des studios envisagent de créer une appli de ce type sur mobile contre seulement 3 % sur fixe ou console.

Il ne faut, par contre, pas oublier qu’il existe différents formats d’écrans (le mobile, la tablette), plusieurs résolutions… pas facile d’être passe partout.

Développer sur mobile, comment ?

2 plateformes principales : iOS et Android. Il ne faut pas seulement pouvoir faire tourner son jeu sur ces plateformes, il faut aussi pouvoir travailler directement avec Google Play et l’App Store.

L’idéal est d’utiliser des moteurs comme Unity ou Unreal Engine 4 qui réalisent toutes les opérations de façon relativement transparentes – disons qu’ils donnent accès à tout un tas de fonctions dédiées permettant de gérer les joueurs, les scores, les paiements, etc. Il ne faut pas oublier qu’Unreal Engine 4 est gratuit, il ne demande des royalties qu’à partir d’un certain chiffre d’affaires.

Si tu veux faire un jeu sur mobile, je te conseille de commencer par un jeu 2D, je t’expliquerai pourquoi dans quelques jours, mais disons que c’est plus simple pour faire court et tu peux le faire avec Unreal Engine!

sources:

 

Une réflexion sur « Faire un jeu pour mobiles, une bonne idée ou une nécessité ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.