Actu IA: Fotogenerator, le paradoxe de Moravec, Sony NNabla et Google Home

Cette semaine, nous allons voir com­ment un pro­gramme peut appren­dre à créer des images réal­istes de per­son­nes à par­tir de gri­bouil­lages ! En réal­ité, c’est un peu l’inverse, mais ça vaut le coup d’oeil ! Ensuite, nous allons par­ler du para­doxe de Moravec… enfin, si para­doxe il y a ! L’idée c’est que les choses sim­ples pour les humains sem­blent dif­fi­ciles pour les pro­grammes et vice et ver­sa. Mais est-ce que tout ne tient pas dans le “sem­ble sim­ple” ? Enfin, nous par­lerons de Sony Blabla... bon, c’est pas exacte­ment ça… mais en gros, eux aus­si s’y met­tent aux DNN et en Open Source ! Enfin, nous par­lerons rapi­de­ment des assis­tants intel­li­gents et de la sor­tie immi­nente de Google Home !

Fotogenerator

Quand des réseaux de neu­rones sont util­isés pour génér­er des por­traits à par­tir de gri­bouil­lages ou de dessins, ça donne ça: http://fotogenerator.npocloud.nl/ — Impres­sion­nant non ?

Com­ment cela fonc­tionne t-il ? A mon avis, on a dû mon­tr­er à un Réseau de Neu­rones Pro­fonds (DNN) des pho­tos de per­son­nes, et on a du appli­quer une série de fil­tres pour obtenir des dessins.  En entrée, on a mis les dessins et en sor­tie les images. Bon, c’est jamais aus­si sim­ple que ça, car cela demande plusieurs réseaux spé­cial­isés et un tas de réglage, mais je pense que le principe est là. De fait, le réseau sait à quoi ressem­ble une per­son­ne dans la vraie vie. Et à par­tir de dessins, il peut reformer une image “réal­iste”, une sorte de trans­po­si­tion, une pré­dic­tion de la per­son­ne d’origine. Vous imag­inez ce que cela peut don­ner coté “per­son­nes recher­chées” par la police ?

Moravec 

Le para­doxe de Moravec : Hans Moravec et d’autres infor­mati­ciens ont fait remar­quer dans les années 1980 que ce qui est sim­ple pour nous est dif­fi­cile pour l’IA, même la plus sophis­tiquée; à l’inverse, l’IA peut sou­vent faire facile­ment ce que nous con­sid­érons comme dif­fi­cile. Ça vous fai­sait penser à Sybe­ria ? Mais non, c’est Voral­berg !

Bon, je ne sais pas en quoi c’est un para­doxe per­son­nelle­ment. Est-ce qu’il est para­dox­al qu’un lit­téraire ait plus de dif­fi­cultés en maths qu’un Sci­en­tifique et qu’un sci­en­tifique soit moins à l’aise en langues qu’un lit­téraire ? Un para­doxe, c’est quand “cela sem­ble défi­er la logique parce que cela présente des aspects con­tra­dic­toires”… Ah, c’est parce que je ne suis pas un lit­téraire. En fait, il y a une autre déf­i­ni­tion à para­doxe: “con­traire à l’opinion com­mune”.  Alors, oui, c’est vrai que cela nous parait, par exem­ple, facile de con­duire une voiture, alors que cela l’est beau­coup moins pour un robot. D’ailleurs, j’aimerais attir­er votre atten­tion sur un point. Ne vous êtes vous jamais demandé com­ment votre imbé­cile de voisin et ses 3 neu­rones mal con­nec­tés qui se cogne partout et qui n’arrive pas à align­er 3 mots — oui, j’ai des voisins qui ont ce pro­fil et encore, je ne suis gen­til — com­ment celui-là même arrive à sor­tir sa voiture en marche arrière, faire un quart de tour sur la route, et avancer jusqu’au bout de la rue sans ren­vers­er les poubelles, défon­cer les poteaux télé­coms (s’ils défon­cent les poteaux en béton d’EDF, il a un tank) ? Bref, com­ment un arriéré men­tal comme on en croise sou­vent (con­san­guinité oblige) arrive t-il à con­duire  ? Bon, en fait, je suis igno­ble, mais j’assume — et en plus je suis sérieux. On peut penser que con­duire demande une con­cen­tra­tion forte, il faut avoir une sim­u­la­tion men­tale de ce qui se passe à l’extérieur, sim­u­la­tion com­plétée en temps réel par des coups d’œil dans les rétros. Il faut pass­er les vitesses en fonc­tion des efforts du moteur, et là il faut être à l’écoute un min­i­mum. Il faut… bon, je ne vais pas tout lis­ter, mais, en théorie, c’est vache­ment dur. Et en pra­tique… pas du tout ! Pourquoi ? C’est parce qu’une bonne par­tie de nos gestes sont incon­scients — ils sont automa­tiques. Dans le traité des 5 roues, on aurait dit :“ce que l’esprit ignore, la main le décou­vre”. Et c’est vrai pour beau­coup de gestes au quo­ti­di­en. Nous avons dû appren­dre ces gestes… dif­fi­cile­ment le plus sou­vent. Quand nous étions très jeune, cela pre­nait la forme d’un jeu peut-être… Mais nous rap­pelons-nous nos dif­fi­cultés pour tenir debout, marcher… tout en ayant un corps qui change et dont le cen­tre de grav­ité bouge con­stam­ment ? Puis, main­tenant, nous mar­chons sans y penser…Pour une IA, sous la forme d’un robot ou juste un pro­gramme dans la machine, c’est pareil, il lui faut appren­dre. Et avec beau­coup moins de Neu­rones (plus que mon voisin, j’en con­viens). Et bien sou­vent, nous tri­chons, nous et tous les êtres vivants ! C’est tout le débat de l’inné et de l’acquis. A quel point nous avons hérité d’un bagage géné­tique sous la forme d’un pro­gramme de ce type ? Respir­er par exem­ple… on y pense pas, pour­tant c’est bien le cerveau qui donne des ordres. Et com­ment a-t-il appris cela ? Et ne par­lons même pas de notre sys­tème immu­ni­taire…

Alors oui, les robots ont du mal à faire des choses que nous esti­mons sim­ples, mais le sont-elles réelle­ment  ?

Sony Blabla

Sony lance ses out­ils de Deep learn­ing en open source : Bap­tisée NNabla (oui, pas blabla, mais c’était pour le mné­motech­nique), la librairie, écrite en C++ 11 est com­pat­i­ble avec l’ensemble des plate­formes Microsoft et Lin­ux et sup­porte l’optimisation des traite­ments grâce aux GPUs NVIDIA (Cuda quoi). La librairie pro­pose une API C++ ain­si qu’une API Python. La doc­u­men­ta­tion sem­ble assez bien réal­isée et l’API sim­pli­fiée au max.

Assistants Intelligents

Sor­tie du Google Home en France le 3 Août prochain, 149€.

Ok Google, c’est quoi mon pro­gramme aujourd’hui ?”: “Avec l’état de ton pied et tes médocs, va couch­er…” — Non mais, je ne vais pas me laiss­er faire !

Tou­jours rien coté Alexa d’Amazon et l’Apple Home­Pod c’est fin 2017.

2 réflexions sur « Actu IA: Fotogenerator, le paradoxe de Moravec, Sony NNabla et Google Home »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.