Faire soi même son filament pour imprimante 3D

L’imprimante 3D est arrivée dans de nom­breux foy­ers désor­mais, elle n’est plus l’apanage des fablabs. Mais la ques­tion qui se pose aus­sitôt c’est com­ment obtenir des fil­a­ments d’ABS à moin­dre coût. En effet, si le prix des imp­ri­mantes 3D baisse, ce n’est pas le cas des con­som­ma­bles. Avec un prix au kilo com­pris entre 20 et 50 € en moyenne, le plas­tique peut vite coûter plus cher que l’imprimante!

J’ai donc cher­ché sur Inter­net pour avoir des idées. Pour ce que j’ai trou­vé comme extrudeuse (“fab­riqueuse” de fil­a­ment plas­tique), il vous fau­dra aupar­a­vant déchi­queter votre plas­tique!

Il faut impéra­tive­ment pou­voir con­trôler :

  • la tem­péra­ture de fusion du plas­tique,
  • la vitesse du moteur (déter­mine la vitesse d’extrusion),
  • le ven­ti­la­teur ou tous autre sys­tème de refroidisse­ment en sor­tie de buse pour refroidir le plas­tique.

Ces trois paramètres sont liés afin de pou­voir cor­recte­ment obtenir du fil cal­i­bré.

Le pro­jet Lyman Fil­a­ment Extrud­er par hly­man, sous licence Cre­ative Com­mons est sou­vent cité, mais il est rel­a­tive­ment onéreux.

diy DSCF0155_preview_featured

Ce PDF liste l’ensemble des élé­ments dont vous aurez besoin, le sys­tème doit être très pré­cis mais la liste des choses m’a sem­blé trop longue.

diy 168 - - https___cdn.thingiverse.com_assets_69_a2_87_63_17_LYMAN_FILAMENT_EXTRUD

Vous avez aus­si la Recy­cle­bot ou encore la Web­fordeb
diy Recyclebot-process

Le pro­jet DeltaPrint­er se base sur le pro­jet de Lyman mais sans élec­tron­ique et en n’utilisant que des élé­ments du com­merce et une pièce imprimée en 3D:

  • un foret à bois de 10 mm de diamètre pour faire office de vis sans fin  ici (env 9€)
  • un tube en aci­er inoxyd­able de 10 mm de diamètre ici (env 24€)
  • un tube de cuiv­re de 15 mm de diamètre  ici (env 9€)
  • une butée en laiton avec un trou de 1 mm de diamètre  ici (env 12€)
  • 2 élé­ments chauf­fants PTC (Pos­i­tive Tem­per­a­ture Coef­fi­cient) ici ( env 2*12€) ou ici
  • un roule­ment à bille  ici
  • un moteur à faible vitesse type moteur lève vit­re à trou­ver dans une casse auto, (grand max­i­mum 10€)
  • de la bra­sure d’argent ici (25€)
  • du fil de fer dans tous les mag­a­sins, (5€)
  • un adap­ta­teur de plomberie 10/15 mm  (5€ en mag­a­sin), pour le voir: http://amzn.to/1ZOqS3e
  • une plaque de métal pour le sup­port env­i­ron 5€
  • une bouteille en plas­tique (bon bah pour ça, vous n’avez qu’à vous boire un petit coup à ma san­té! mais sans alcool!)
  • un adap­ta­teur imprimé en 3D
  • un bloc en alu­mini­um per­cé avec un trou de 15 mm

L’astuce pour avoir un bon fil­a­ment est de laiss­er le fil­a­ment tomber et de le guider en cer­cle. Ain­si, le coup de revient est d’environ 150€.

diy-fabriquer-un-extruder-de-filament-01-600x450

Le sys­tème est com­posé d’un tube de 10mm en aci­er inoxyd­able avec une ouver­ture dans lequel un foret à bois fait office de vis sans fin pour pouss­er les billes d’ABS vers l’extrémité.

diy-fabriquer-un-extruder-de-filament-02-600x450

Le bloc d’aluminium fait la join­ture avec le tube de cuiv­re de 15mm de diamètre avec un embout per­cé et cal­i­bré au diamètre voulu. Il est chauf­fé avec deux résis­tances chauf­fantes 230V à 200°C.

Le foret ser­vant d’entrainement est mon­té sur un moteur essuie-glace qui tourne en con­tinu à faible vitesse.

Le bac de billes est une bouteille découpée et mon­tée sur une pièce d’adaptation imprimé en 3D.

For­cé­ment, le sys­tème est moins bien que le 1er, mais il per­met toute­fois de s’en tir­er avec notam­ment une rota­tion cal­i­bré du moteur et un réglage pré­cis de la tem­péra­ture d’extrusion.

Vous ne voulez pas bricol­er?
Vous avez des pos­si­bil­ités avec Ecoset par exem­ple qui vous per­met de recy­cler vos bouteilles de lait et autres ou encore la strood­er (250$ env­i­ron)

Edit du 17/06/2016: Voici quelques con­seil d’Eddy Gau­ti­er, expert en impres­sion 3D.

Pour com­pren­dre le souci de ces DIY pour votre fil­a­ment, il faut voir une usine de pro­duc­tion de fil­a­ment.

Et là on se rend compte que l’extrudeuse n’est qu’une toute petite machine dans le cycle de pro­duc­tion, que la chaine com­porte une énorme par­tie refroidisse­ment, lam­i­na­tion et con­trôle de cal­i­bre. Parce que ce qui compte pour un fil­a­ment à imprimer, c’est la régu­lar­ité du cal­i­bre. Si le fil­a­ment change de deux dix­ièmes de mil­limètre, notre imp­ri­mante se bouche et avec ces extrudeuses mai­son il est très dif­fi­cile d’obtenir plus d’un mètre de fil­a­ment sans ce souci.

Mais l’utilisation de gran­ulés ou de plas­tique recy­clé n’est pas pour autant inac­ces­si­ble au grand pub­lic (enfin pour le moment si, mais ça vien­dra) car il reste la pos­si­bil­ité d’avoir une imp­ri­mante qui fonc­tionne directe­ment avec des gran­ulés. C’est ce que fait la grosse imp­ri­mante indus­trielle de Drawn et ce qu’étudier notre cher reprap head Richard Horne aka Richrap.”

2 réflexions sur « Faire soi même son filament pour imprimante 3D »

  1. Bon­jour,
    je suis com­plète­ment d’accord avec vous, l’extrudeuse est un point néces­saire à réalis­er, mais ce n’est que le début de l’histoire.
    Chez moi j’ai réal­isé l’extrudeuse, mais il me reste à met­tre au point le refroidisse­ment con­trôlé pour avoir un diamètre con­stant. C’est la par­tie la plus dif­fi­cile, je trou­ve.
    Le top c’est d’avoir un enroule­ment syn­chro­nisé avec l’extrusion

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.